Alors que j’écris cet article, je me surprends moi-même. Dans quel sujet étrange et délicat je m’aventure. Je m’explique, il y a quelques jours j’ai ouvert un livre intitulé : « Indomptable : le secret de l’âme masculine. » Je ne te cache pas que mes premières impressions, rien qu’en lisant le titre étaient négatives : « quelle vision rétrograde des choses et quelle déconnexion avec ma réalité générationnelle. »


Vois-tu, j’appartiens à la jeune génération « Z », ces moins de 20 ans qui prônent souvent la neutralité des genres. C’était d’ailleurs l’objet d’un de mes derniers travaux universitaires. Suite à la demande d’esquisser les tendances sociétales actuelles, j’ai eu l’occasion d’étudier le phénomène du « gender neutral » ou comment penser un monde sans catégories et contester la binarité, les codes et les stéréotypes socialement associés au genre. Je dois dire que c’était un sujet avec lequel j’étais plutôt à l’aise. Il apparaissait d’une certaine manière à mes yeux comme une évidence.

Mais ma dernière lecture me pousse à me poser cette question sensible : « Quelle est la place de l’homme (et intrinsèquement de la masculinité) dans notre société ? »

Redéfinir l’âme masculine

Au moment où je mets des mots sur mes pensées, je sors d’une salle de sport. Je suis toujours amusé de voir comment les salles de musculation, « ces temples de l’égo moderne », fourmillent d’hommes en quête de virilité, n’hésitant pas à contempler leurs progressions au miroir toutes les deux minutes. Je crois qu’il existe un décalage profond entre l’idée qu’on se fait de la virilité et  la réalité de l’âme masculine.

Alors que la virilité est basée sur l’apparence, le tape-à-l’œil, la superficialité, l’âme masculine est, elle, bien plus profonde : elle recherche la passion, la liberté, l’aventure, le risque, la réussite…

Seulement j’ai l’impression que notre société post-moderne qui a voulu rompre, à juste titre, avec les inégalités des sexes a enfermé par la même occasion l’homme, à l’image de ce logo, dans une sorte de caddy. Comme le souligne à juste titre l’écrivain John Eldredge :

« Le monde des affaires – celui où la plupart des occidentaux vivent et meurent – exige que l’homme soit efficace et ponctuel. (…) Les politiques mises en œuvre et les dispositions prises ne visent qu’un seul but : harnacher l’homme à la charrue et l’obliger à produire. »

Il continue ainsi : « Après des années de vie en cage, un lion finit par ne plus se prendre pour un lion… et l’homme finit par ne plus croire qu’il est un homme. » Alors qu’on entend souvent la question « Où sont les vrais hommes ? », certains parleront de la « féminisation de la société », l’idée qu’on demande aux hommes d’adopter des vertus traditionnellement plus associées aux femmes.
Nous pouvons au moins nous accorder pour dire que la vie de l’homme moyen semble à des années lumières des aspirations de son cœur.

Pour une égalité véritable

Je crois que le décalage que nous venons de voir est à l’origine de maux sérieux, attaquant particulièrement l’intégrité de la femme. Par exemple, en ayant censuré l’aspiration masculine à la conquête, l’homme poussé à la facilité se tourne vers la pornographie qui ne cesse de prendre de l’ampleur (plus de 80% des garçons âgés entre 14-18 ans en consommeraient). Ce constat se décline par l’explosion des expériences extra-conjugales, souvent motivées par le goût de l’aventure ou encore l’addiction aux sports télévisés et aux jeux-vidéos qui permettent de vivre virtuellement ses rêves irréalisés. Arrêtons alors de penser que la masculinité est une menace pour la femme, bien au contraire !

Le fait que l’homme a la même valeur que la femme est pour moi une évidence. Seulement, je crois que l’égalité ne veut pas dire l’uniformité. En tant que chrétien, je crois que les genres sont à la fois différents et parfaitement complémentaires.

Elderge résume ma pensée en disant les choses ainsi :

« Il y a un coeur masculin et un coeur féminin qui, chacun à leur manière, reflètent ou dépeignent le coeur de Dieu au regard du monde. »

En nous créant tels que nous sommes, Dieu dresse devant nous une page vierge à écrire, un tableau à peindre, une musique à composer, un film à produire, une relation à construire, une terre à découvrir, une course à courir. Bref un rêve à concrétiser ! Nos différences sont une force, alors utilisons les pour vivre ensemble l’aventure incroyable que représente notre existence.

Sois béni-e,