J’ai pendant très longtemps été inspiré par le slogan d’une publicité : « Seuls ceux qui sont assez fous pour penser changer le monde y parviennent. » Seulement, Soeur Emmanuelle, une figure connue pour son action auprès des démunis du Caire a écrit : « Les jeunes d’aujourd’hui sont prêts à s’engager, et c’est bien mais ils veulent changer le monde et c’est impossible. »


Compte tenu de l’admiration que je lui porte, ses déclarations ont quelque peu calmé mes ardeurs et m’ont questionné : « Est-ce impossible de changer le monde ? Et est-ce prétentieux de vouloir le faire ? » En faisant des recherches sur internet en quête de réponses, je suis tombé sur un message qui m’encourageait à être semblable à du plancton. Et cela m’a pour le moins surpris ! Quel rapport avec changer le monde ? Nous parlons bien de cette créature marine si petite qu’elle est tout simplement invisible à nos yeux, qu’elle ne peut s’opposer aux courants et qui représente le premier maillon des chaînes alimentaires marines, « en gros » l’alimentation de tous les poissons. On peut se demander :

« Y-a-t-il quelque chose de plus insignifiant que le plancton ? Pouvons-nous trouver une raison d’être, un sens à cette créature qui parait si négligeable ? »

Plancton signifie « errant », terme qui décrit parfaitement sa destinée : être entrainé par les courants de l’océan sans but apparent. Mais si nous nous penchons sur son histoire, c’est fascinant ! Le plancton commence son périple dans les profondeurs obscures de l’océan, entouré par d’étranges créatures marines qui n’ont pour seul objectif : l’engloutir ! Mais celui-ci est appelé à une destinée bien plus grande : atteindre la surface de l’eau pour capter la lumière, l’énergie solaire grâce à un processus de photosynthèse. Puis, cette mission accomplie, il retourne dans les fonds marins pour produire des molécules d’oxygène nécessaires à la survie des poissons. Ce faisant, il ne sait pas qu’il fournit également entre 50% et 85% de l’oxygène que nous respirons en ce moment même.

C’est absolument inouï : si nous respirons en ce moment même, c’est en très grande partie grâce à ce « petit rien » ! Ce messager de l’océan me donne matière à méditer : Dieu a choisi de créer et d’utiliser aussi les petits, les faibles, les méprisés, les jeunes… pour partager la Vie qui changera ce monde.

L’apôtre Paul a écrit dans la première lettre aux Corinthiens : « Qui êtes-vous, vous que Dieu a appelés à lui ? On ne trouve parmi vous que peu de sages selon les critères humains, peu de personnalités influentes, peu de membres de la haute société ! Non ! Dieu a choisi ce que le monde considère comme une folie pour confondre les sages, et il a choisi ce qui est faible pour couvrir de honte les puissants. » Il conclut :

« Dieu a porté son choix sur ce qui n’a aucune noblesse et que le monde méprise, sur ce qui est considéré comme insignifiant, pour réduire à néant ce que le monde estime important. »

A l’image du plancton, en connaissant Jésus, nous passons de l’ombre à la lumière, des abîmes à la surface. Une fois la lumière reçue, Jésus nous encourage ainsi : « Vous êtes la lumière du monde, votre lumière doit briller devant tous les hommes, pour qu’ils voient le bien que vous faites et qu’ils en attribuent la gloire à votre Père céleste. » (Matthieu 5 : 16) Rester entre les quatre murs de nos églises n’est pas le but ultime pour lequel nous avons été créés. Il nous faut quitter notre zone de confort et « aller dans le monde entier », pour briller de la Lumière que nous avons reçue.

En fait, celui qui changera le monde, c’est Dieu seul, mais il a choisi de le faire avec nous !

Alors, n’hésite plus pour prendre part en 2018 à la grande mission que Dieu te confie ! 


Tu peux retrouver également ce message d’encouragement, en vidéo, en partenariat avec le site TopChrétien.

Sois béni-e,


PS : Le message qui m’a initialement inspiré et qui est mentionné précédemment est celui de Sadie Robertson, disponible en anglais ici.